16. La gueulante


Allez j'm'en va nous dit Monsieur

Chaque soir avant la fermeture

Sur le trottoir d'vant la devanture

Du bar de l'avenue Montesquieu




Sa main a un peu la tremblante

Mais y paye sans r 'chigner l'ardoise

Mets son chapeau à l'iroquoise

Pis tous les soirs pousse sa gueulante




Y en a marre des marabouts

Qui nous tiennent par des bouts d'ficelle

Y en a marre des ceusses à g'noux

Y en a marre des genoux trop frêles




Marre de la grêle qui nous gronde

Marre des ondes dedans nos têtes

Marre des étoiles au micro-ondes

Marre de l'ondée dessus nos fêtes




Si c'est comme ça moi je m'arrache

J'reviendrais plus bandes d'apache

À vouloir trop vous préserver

Z'allez finir par m'énerver




Monsieur nous dit Allez, j’m'en va

Chaque soir pendant la fermeture

Et puis il s'adosse contre le mur

Pour que le mur reste bien droit




La cigarette virulente

Et puis la colère au poing

Il cognait fort chez les voisins

Pour leur chanter sa p'tite gueulante




Y en a marre des marabouts

Y en a marre des rabougris

Marre du gris dans le ragout

Y en a marre des gouts aigris




Marre des écrits au cognac

Marre d'l'ammoniac dans le café

Marre des fées tout feu tout trac

Marre des accidents de mafé




Si c'est comme ça moi je m'arrache

J'reviendrais plus bandes d'apache

À vouloir trop vous préserver

Z'allez finir par m'énerver




Mais un jour on a vu monsieur

Nous dire j'm'en va, et s'en aller,

ça nous a fait un drôle d'effet

D'un coup c'est dev'nu silencieux




Puis il est r'venu d'entre les morts

En disant c'est marre je reste un peu

Laissez-moi une minute ou deux

Juste pour pouvoir gueuler encore




Y en marre des marabouts

Et d'vos économies d'chandelles

Faut la bruler par les debout

C'est debout que la flamme est belle




Y en a marre des amarantes

Et des amantes à l'oeil moqueur

Marre des hauteurs de la tourmente

Et marre des essoufflés du coeur




Marre du cœur entre deux chaises

Marre des chaises de bureaucrate

Y en a marre des catachrèses

Des encrisées en cravate




Marre de tout les va t'en guerre

Marre des gens exaspérés

Y en a marre d'être en colère

Marre d'vous entendre soupirer




Et sans adieu, et sans une tache

Il partira l'dernier apache

Alors m'parle pas d'me préserver

Tu finirais par m’énerver















15. Carpe Diem, mon cul !

 
Sûr que ça a de l'élégance
Sûr que parfois ça explique l'heure
Sûr que la joyeuse indolence
Vaut mieux, bien sûr, que pas d'bonheur

Sur qu'on ne sait pas tout sur tout
Sur qu'y a des trucs qui nous échappent
Sûr que qu'on est à genou
Ça aide d'avoir une soupape

Oui, mais voilà
J'aime pas qu'on ouvre mes chakras au pied d'biches
Ou qu'on découvre tout mon intime en friche
J'aime pas qu'on m'gave 
Jusqu'à plus faim d'accord toltèque
Je sens qu'on m'traite d'épave
jusqu'à ce que j'sorte le carnet d'cheque

Moi je préfère Taggué
Carpe diem mon cul
Les vainqueurs font payer
Leur bonheur aux vaincus

Sûr que ça a l'air scientifique
Sûr qu'ils sont beaux tout leur tableur
Sûr qu'une organisation pratique
c'est très bon pour les travailleurs

Sûr que c'est mieux l'esprit ouvert
Sûr que c'est beau les mots nouveaux
Sûr qu'il y a jamais de frontière
Pour optimiser ton boulot

Oui, mais voilà
J'aime pas l'manège 
du manageur qui ment
J'aime pas les cartes privilège 
qui mènent à l'enfermement

J'aime pas qu'on veuille m'accomplir
jusqu'à ce que je sois cadenassé
Je n'aime surtout pas leur sourire
que je trouve bien trop carnassier

Moi je préfère Taggué
Carpe diem mon cul
Les vainqueurs font payer
Leur bonheur aux vaincus

Sûr que ça fait bien dans l'discours
Sûr qu'on aspire à la même chose
Sûr que le bonheur est bien court
Alors faut voir la vie en rose

Sûr que c'est plus agréable
De n'plus être c'ui qui fais la gueule
Sur que ça fait plus présentable
Un mort qui sourit dans l'cercueil

Oui, mais voilà
J'aime pas qu'on m'empêche 
D'user de mes teintes pastel
Jaime pas les prêches
Et les dogmes du développement personnel

J'aime pas les injonctions
à devenir à tout prix heureux
J'aurais de la satisfaction
Quand on fera fondre à l'acide
Cette fausse idée d'avenir radieux

IL est grand temps d'changer
Tous ces carpe diem qui m'écoeurent
Il est temps que les vaincus fassent payer
Leur bonheur aux vainqueur